Crocs : C’est confortable, c’est laid et c’est fini

Crocs : C’est confortable, c’est laid et c’est fini

Crocs annonce à la mi-juillet 2014 la fermeture de 100 magasins sur 624 et la mise à pied de 183 employés, dont plus de 75 au siège social. Malgré l’ajout récent de plus de 300 nouveaux modèles –  dont des chaussures de golf, des bottes d’hiver et des ballerines –les ventes et les profits s’écroulent.

L’histoire de Crocs commence en 2002, alors que trois amis du Colorado achètent une technologie de mousse antibactérienne développée à Québec. Cinq ans plus tard, la marque vend plus de 50 millions de paires de chaussures et réalise des ventes de 850 millions $. On parle ici du sabot laid, mais confortable, que tout le monde adore détester.

L’échec :

Un an plus tard, les profits se transforment en pertes de 200 millions $ et ils décident de focaliser sur des extensions de gammes.

En mettant le pied dans l’univers de la chaussure de mode, ils s’aventurent dans un marché très différent et doivent faire face à des concurrents aguerris. Que le nom Crocs soit associé à l’image d’une famille entière portant les mêmes gros sabots colorés n’aide pas beaucoup.

La leçon :

La marque Crocs avait un positionnement fort : des chaussures fonctionnelles et confortables. Puis, ils nous ont perdus en voulant être présents dans tous les segments du marché comme le golf, la mode, le sport et les bottes d’hiver, sous le même nom. Ils auraient dû privilégier une stratégie Toyota – Lexus afin de garder leurs clients d’origine et en acquérir de nouveaux.

Source image : Crocs

Aucun commentaire

Commenter