Heenan Blaikie : Une soif qui fait sombrer le navire

Heenan Blaikie : Une soif qui fait sombrer le navire

Le 5 février 2014, le cabinet d’avocats Heenan Blaikie, fondé en 1973 par Roy Heenan et Peter Blaikie, a été dissout par ses partenaires malgré des bénéfices de plus 75 millions $. La firme comptait plus de 500 avocats dans 8 bureaux à travers le pays dont, à une certaine époque, deux anciens premiers ministres : Pierre Elliot Trudeau et Jean Chrétien.

L’échec :

Le début de la fin fut le départ de Monsieur Heenan en tant que président en 2012, car il était la seule personne capable de maintenir la cohésion entre les différents bureaux dont ceux de Montréal et de Toronto. Sa vision était celle d’un cabinet où il faisait bon travailler, mais les clivages internes et la soif d’argent ont eu raison de celle-ci.

Lorsque deux avocats vedettes du bureau de Montréal ont rejoint d’autres cabinets, ce fut le début d’un mouvement de panique et les départs d’autres avocats se sont accélérés. Que les bureaux de Toronto et du Québec ne soient d’accord à peu près sur rien n’arrangeait rien.

La leçon :

Sans un capitaine à la barre, comme le charismatique Monsieur Heenan, le navire a commencé à tanguer pour ensuite sombrer. Pour qu’une marque puisse survivre, ça prend une stratégie claire et quelqu’un capable de créer une cohésion interne pour l’exécuter. Les clivages et la soif d’argent ont eu raison d’un des plus gros cabinets d’avocats au Canada.

Source image : La Presse.ca

 

 

Aucun commentaire

Commenter