Samsung: baptême de feu

Samsung

Samsung: baptême de feu

Dans la course folle au meilleur vendeur de téléphones intelligents, la Sud-Coréenne Samsung occupait, depuis les dernières années, la tête du peloton, dépassant même le géant Apple. Son Galaxy Note 7 devait être le produit phare de 2016, confirmant sa domination du marché. Le nouveau téléphone intelligent Samsung proposait plus de fonctionnalités et d’innovations qu’aucun autre sur le marché. Les critiques étaient ravis.

L’échec

L’entreprise était loin de se douter de la bombe qui allait lui éclater au visage. Quelques mois seulement après le lancement, des appareils Galaxy Note 7 ont pris feu. À la fin de l’été, c’est près d’une centaine de cas qui avait été recensés. Samsung, croyant à une défaillance de la pile, proposa de remplacer les appareils défectueux. Mais quand certains de ces « remplaçants » ont aussi commencé à surchauffer, elle a décidé de rappeler tous ses appareils et d’en cesser la production.

Samsung a bien sûr été confrontée au recours des consommateurs et au déclin de sa réputation et de son titre sur les marchés. Cette affaire est aussi allée jusqu’à affecter l’économie sud-coréenne. Au plus fort de la crise, plusieurs compagnies aériennes ont même banni l’appareil.

La leçon

La pression est forte lorsqu’on est le leader d’un marché aussi compétitif. Dans sa quête au plus innovateur, Samsung a pris des raccourcis qui ont laissé passer des défaillances. La rapidité à laquelle voyage l’information de nos jours décuple l’impact sur la réputation d’une marque. Samsung devra redoubler de prudence et travailler très fort pour regagner la confiance des consommateurs et renaître de ses cendres.

Aucun commentaire

Commenter